Loading...

Un passionnant travail sur la voilure, la mécanique et la charpente

Home / Ils veillent sur la Jonque / Un passionnant travail sur la voilure, la mécanique et la charpente

À la tête du chantier du Guip avec Yann Mauffret, Paul Bonnel a accueilli la jonque Lung Hsiang en juillet dernier sur l’île aux Moines. L’embarcation a pris le bac pour arriver à bon port.

Quelles sont les particularités des jonques ?
Disons que la jonque est un terme très générique employé pour désigner les bateaux à voiles asiatiques. Il existe des tas de modèles de jonques. Ces embarcations ont généralement un plan de voilure et un maniement bien différents de chez nous, navigateurs européens.

Quels sont vos premiers constats ?
Malgré que la jonque a été fabriquée à Hong-Kong dans les années 70, son mode de construction est très européen. Visiblement, c’est une jonque MotorSailor (voile et moteur), la carène correspond bien à l’utilisation des moteurs et l’avant est fin… Je dirais donc qu’elle a été conçue pour naviguer en mers abritées. Je peux supposer que l’embarcation a été construite en Asie par un plaisancier français qui l’a ensuite ramené en Europe.

Où en êtes vous sur le projet de la jonque Lung Hsiang?
Nous attendons les généreux mécènes qui vont permettre de continuer la restauration du bateau ! Nous avons jusqu’à 2020 pour redonner ses lettres de noblesse à la jonque. Grosso modo, nous avons procédé à un démontage partiel pour faire un état des lieux et un inventaire de la jonque. Notre architecte JC Michaud était là aussi pour faire un relevé de plans, car ils étaient introuvables ou tout simplement inexistants, ce qui est courant sur ce genre de bateaux.
Il nous faut maintenant travailler à la fois sur la charpente, le moteur, la voile et le gréement.

Enregistrer

Comments(0)

Leave a Comment